Au détour d'une...

Les évènements et les détails qui ont attiré mon attention

Actu  Bébé Ecologie   Futilité   Lecture   Musique   Geekerie   Pensée   Photographie   Projection   Contactez moi via Twitter

lundi 15 janvier 2007

La campagne avec Sarko

Les têtes pensantes de la communication chez Sarko sont très inspirées. Tellement qu'elles pourraient figurer chez joe la pompe. Pourquoi ? Regardez par vous-même.
Voici l'affiche de campagne de M. Nicolas Sarkozy.

Un fond de campagne pour cette campagne. Très proche de celle de "tonton" en 81 avec "La force tranquille".


Pourtant tout le monde sait que Mitterrand est le mentor de son grand rival, j'ai nommé Mme Ségolène Royal. Enfin, et c'est là toute la force des communiquants de chez Sarko, c'est que ce fond campagnard (proche de la France d'en bas ?) rappelle plutôt l'affiche d'Albert Dupontel. Dupontel Président !!


(Source : Netpolitique.net)

L'incroyable destin d'Harold Crick

Harold Crick est un homme organisé, voire trop organisé. Il compte tout ce qu'il fait, tout ce qu'il voit. Un jour, il entend une voix. Cette voix est celle de la narratrice de l'histoire. On se rendra compte que cette "histoire" est le film, mais aussi un livre. Tout se complique le jour où Harold entend la voix dire qu'il était loin de penser qu'il allait mourir alors que le fait même de l'entendre a fait qu'il l'a su. Grave problème. Comment va-t-il s'en sortir ? Et pourquoi allait-il mourir ? Allez voir le film ! Il est drôle, émouvant et surtout très frais ! Harold est un personnage en quête d'auteur mais à l'envers. C'est un régal littéraire et cinématographique. De plus, l'utilisation du Motion Graphic donne une touche créative. Je ne vous dévoilerai pas le dénouement, mais je suis d'accord avec Jules Hilbert (Dustin Hoffman). Ma note : 6/10 seulement. La fin gâche le film...

Synopsis :
Un beau matin, Harold Crick, un obscur fonctionnaire du fisc, entend soudain une voix de femme qui se met à commenter tout ce qu'il vit, y compris ses pensées les plus intimes. Pour Harold, c'est un cauchemar qui dérègle sa vie parfaitement agencée, mais cela devient encore plus grave lorsque la voix annonce qu'il va bientôt mourir... Harold découvre que cette voix est celle d'une romancière, Karen Eiffel, qui s'efforce désespérément d'écrire la fin de ce qui pourrait être son meilleur livre. Il ne lui reste plus qu'à trouver comment tuer son personnage principal : Harold ! Elle ignore que celui-ci existe, qu'il entend ses mots et connaît le sort qu'elle lui réserve... Pour s'en sortir vivant, Harold doit changer son destin. Sa seule chance est de devenir un personnage de comédie, puisque ceux-ci ne sont jamais tués...

Réalisé par Marc Forster
Avec Will Ferrell, Emma Thompson, Maggie Gyllenhaal
Film américain.
Genre : Comédie
Durée : 1h 45min.
Année de production : 2006
Titre original : Stranger Than Fiction
Distribué par Gaumont Columbia Tristar Films

Election 2 : Hak se wui yi wo wai kwai

Deux ans s'est écoulé depuis Election 1. Les élections approchent et Lok souhaiterai bien être ré-élu à la tête de la Triade Wo Sing, la plus ancienne de Hong Kong. Un souci se pose, Jimmy (souvenez-vous, je vous en parlais déjà. Ce jeune homme cherchait à se libérer de l'emprise de la triade déjà dans Election 1. Il y est presque parvenu en montant des affaires sur le continent. Son ascension le prédestine malheureusement à devenir le nouveau parrain qu'il ne veut pas être mais de nombreuses personne l'y oblige...
Ce film est aussi fort qu'Election 1. Même si l'histoire reste semblable, on ne se lasse pas de voir les rebondissements de l'histoire. Le milieu de la pègre est ici dévoilée de façon plus dure encore. Les manipulations à l'intérieur même et les relations policières qui ne sont plus que du "je te laisse faire tes affaires, mais ne fait pas de guerre de gang", mais encore plus approfondies. Ca fait froid dans le dos. La grande différence avec Election 2 est le côté poétique du film. Une des plus belles images reste le fils de Lok (Denny je crois) qui fuit son père par peur et pour garder sa liberté. Ma note : 8/10

Synopsys :
Wo Sing est la plus ancienne triade de Hong Kong. Sous l'autorité de son chef actuel, Lok, elle est devenue l'organisation criminelle la plus respectée de la ville. Jimmy, gangster cultivé, cherche à se réhabiliter en bâtissant un empire industriel légal. La rentabilité de ses affaires font de lui un candidat idéal pour l'élection prochaine du nouveau chef.
Mais sa notoriété attire également l'attention des autorités chinoises, car il est le parfait intermédiaire pour négocier une coexistence pacifique entre le gouvernement central et les triades. Le régime de Pékin lui propose de lui ouvrir l'accès au marché de la Chine populaire s'il accepte de diriger Wo Sing pendant deux ans. Jimmy perçoit toute l'ironie de la situation : le voilà contraint de devenir chef d'une triade afin d'échapper enfin à leur emprise...

Réalisé par Johnny To
Avec Louis Koo, Simon Yam, Nick Cheung
Film hong-kongais.
Genre : Policier, Action
Durée : 1h 35min.
Année de production : 2006
Interdit aux moins de 12 ans
Titre original : Hak se wui yi wo wai kwai
Distribué par ARP Sélection

C'est plus facile de plaire à l'élite

Une pensée de Wolinski contre l'art moderne à laquelle j'adhère assez. L'art moderne aura, comme toutes les nouvelles créations artistiques à leur époque, d'ouvrir le débat sur ce qui plait ou ne plait pas, à défaut de dire beau ou non. Ce qui est beau ne plait pas forcément et inversement. J'en veux pour preuve l'expressionnisme allemand.

C'est plus facile de plaire à l'élite que de plaire à tout le monde (...) Les critique et les marchands d'art veulent oublier Ingres et Botticelli. Ils veulent imposer les éphémères gribouillis, les peintures blanches et les installations de détritus disparates.

(Le dessin de presse par Wolinski)

Le dessin lié à l'article n'a rien à avoir avec le sujet, mais c'était avant tout pour resituer les "traits" de Wolinski à tous ceux qui les connaissent mais qui ne pouvaient y mettre un nom.