Un titre un peu provocateur, mais c'est mon style, je suis comme ça :)
Voici 4 jours que je suis à Niamey, j'ai pris quelques notes sur un bout de papier que je n'ai pas sous la main, mais en voici la teneur.
Dimanche matin, dormait à côté de moi la Solitude. La Solitude est un sentiment égoïste qui ne se partage pas. On la garde pour soi, puis on la chasse quand on peut. Dans ma chambre d'hôtel, j'étais enfermé. J'avais décidé de me priver de ma liberté. Je n'avais envie de voir personne, j'étais seul. Je voulais rester seul. J'étais mal. Je ne voulais pas sortir, il fait trop chaud dehors, et puis je ne connais personne. Je vis par procuration la difficulté psychologique que subit un prisonnier, mais un prisonnier volontaire. Bien entendu, je ne me compare pas à un vrai prisonnier dont le quotidien est bien plus difficile. Je serais un peu le "Michael" de Prison Break. Une fausse prison Haute Sécurité où les gens peuvent se ballader en liberté (vraiment de la connerie cette série).
Bref, mon dimanche matin est assez difficile, heureusement que les gérants de l'hôtel sont sympas. Ils me proposent même de déjeuner avec eux. Ramatou et Michel. Une Nigérienne et un Français unis à Niamey. Après ce bon déjeuner, je retrouve ma Solitude. Heureusement arrive très rapidement Pierre de la SNV - une ONG hollandaise. Il m'invite à dîner chez lui.
Lundi la formation a commencé, c'est assez simple, j'appréhendais un peu la chose, mais ça devrait aller. Ca sera long, mais ça devrait aller... Vivement la suite !

PS : Vraiment dommage que je n'ai pas mes notes sur moi, car j'écris des choses tellement plus belles sur papier quand j'ai du temps :)