Avec beaucoup, beaucoup de retard... J'ai vu Spartacus (version remasterisée). Un film long, très long, mais vraiment très bon.

L'histoire se situe en l'an 73 avant Jésus-Christ. Spartacus (Kirk Douglas), fils et petit-fils d'esclave de Thrace, est remarqué par Lentulus Batiatus, directeur d'une école de gladiateurs.
Spartacus s'évadera de l'école de gladiateurs et, rassemblant plus de cent mille esclaves, ira jusqu'à menacer Rome. Mais Marcus Licinius Crassus mate la révolte et fait crucifier six mille hommes, dont Spartacus, sur la voie Appia. (on remarquera qu'il n'y a pas d'appuies-pieds sur les crucifix... Ca aura été inventé plus tard par "Appuiepiedus" pour le bon confort des crucifiés. Le syndicat des crucifiés avait porté plainte.) Bon, je ne vous raconte pas la fin, mais vous devez sûrement la connaître.

Spartacus est un superbe film à l'intrigue complexe, mêlée de nombreuses allusions érotiques ambigüe. D'ailleurs, certaines scènes avaient été censurées ou des répliques édulcorées car jugées trop équivoques. C'est là qu'intervient la question du titre de mon billet : êtes-vous plutôt huître ou escargot ?

La plus célèbre scène de Spartacus est le dialogue entre Marcus Licinius Crassus (Laurence Olivier) et son esclave Antoninus (Tony Curtis). Crassus alors dans son bain, fait discrètement allusion à son goût sexuel aussi bien pour les hommes que pour les femmes à travers une métaphore gastronomique.

Crassus – As-tu jamais volé, Antoninus ?
Antoninus – Non, maître.
Crassus – As-tu jamais menti ?
Antoninus – Pas, si je peux l’éviter.
Crassus – As-tu jamais déshonoré les dieux ?
Antoninus – Non, maître.
Crassus – Te refrènes-tu de ces vices par respect des vertus morales ?
Antoninus – Oui, maître.
Crassus – Manges-tu des huîtres ?
Antoninus – Lorsque j'en ai, maître.
Crassus – Manges-tu des escargots ?
Antoninus – Non, maître.
Crassus – Considères-tu que c'est moral de manger des huîtres et immoral de manger des escargots ?
Antoninus – Non, maître.
Crassus – Bien sûr que non. Tout est une question de goût, n'est-ce pas ?
Antoninus – Oui, maître.
Crassus – Et le goût n'est pas semblable à l'appétit et donc n'a aucun rapport avec la moralité, n'est-ce pas ?
Antoninus – Cela pourrait sans doute se discuter, maître.
Crassus – Ça suffit. Mes vêtements, Antoninus. Pour satisfaire mes goûts... il me faut des huîtres et des escargots.

C'est alors que Crassus sort de son bain et observe le torse nu d'Antoninus et lui dit :
« Là, mon garçon, c'est Rome ! La puissante, la majestueuse. Nul ne peut résister à Rome, et moins encore un jeune garçon. Il faut la servir, courber la tête devant elle, ramper à ses pieds, il faut l'aimer. ».

Sympa non ? :) Pour l'anedocte des milieux de repas, vous pourrez dire que cette scène fait partie de la version de 1991, version augmentée de 14 minutes. Le son de cette scène étant perdu, Tony Curtis se doubla lui même, tandis que Anthony Hopkins s'essayera sur la voix du regretté disparu Laurence Olivier.

Une dernière chose que je ne comprends pas dans les derniers DVD que j'ai vu en version remasterisée pour le commerce français : oui, c'est en 5.1 en anglais ET en français, par contre, pour le DTS, il faut aller se brosser pour avoir la version anglaise... c'est vraiment dommage pour les cinévores (je ne dirais pas cinéphile) comme moi...

Date de sortie : Septembre 1961
Réalisé par Stanley Kubrick
Avec Kirk Douglas, Jean Simmons, John Gavin
Film américain.
Genre : Historique, Biopic, Romance, Guerre
Durée : 3h 18min.
Année de production : 1960